Si j’étais Printemps,
Je déposerais des touches de ciel rosé dans mes hivers.
Vous savez … comme quand les jours s’allongent et que le soleil ne veut pas rentrer se coucher.
Quand il nous laisse dans l’horizon tout bleu …. des traces de rêves papillonnés et que
ces traces d’Amour inavouées réchauffent les âmes qui ont perdu tous points de repère ….
Si j’étais printemps,
Je déposerais des bourgeons sur les gerçures de mes paupières.
Vous savez … comme ces premiers boutons des fleurs que l’on découvre sur les
branches des arbres que l’on croyait morts.
Quand ils se mettent à fleurir et que leurs odeurs et couleurs nous font oublier qu’on n’ y croyait pas ….
Si j’étais printemps,
Je voyagerais sur les Ailes des premiers Papillons sortis de mes espoirs perdus d’hier.
Vous savez … comme ceux auxquels je m’accroche quand j’ai si froid …
Non ! Vous ne savez pas ….
Si j’étais printemps,

 

Je m’envolerais aux premiers rayons de lumière.
Vous savez … comme ceux que l’on croise quand on fait nos prières.
Quand plus rien ne dérange nos pensées et que l’on se met à nouveau à espérer,
quand on se dit que la vie nous rendra en beau toutes nos heures de guerre.
Oui je volerais auprès des premiers rayons de lumière et j’irais auprès de mon père.
Pas celui qui m’a élevée … non … l’autre, celui qui m’a laissée et je lui dirais tout
simplement que j’ai besoin de savoir pourquoi …

Si j’étais printemps,
Je m’en foutrais de mes blessures,
Je danserais, je danserais … les pieds nus dans les fougères.
Je rirais tellement que tous les animaux de la forêt viendraient partager ma joie.
Vous savez … comme dans ce conte de fée où la petite fille seule et abandonnée
parle aux écureuils.Oui ! Vous savez ….
Si j’étais printemps,

 

Je panserais tous vos hivers
Pour que plus personne n’ait froid
Et on danserait , on danserait, comme des enfants qui ne se préoccupent pas des tourments.

Oui … si seulement j’étais printemps …..